Voici quelques fautes que j’ai moi-même appris à combattre (j’ai découvert le point numéro 2 il n’y a pas si longtemps). Pour certains, cela pourrait paraître des habitudes de cuistres, surtout au regard du niveau de langue moyennement pratiqué, mais sans quelques règles où va-t’on ma bonn’dame (c’est vraiment réac comme intro)

1 L’espace se donne un genre

En typographie, une espace est féminin. Dans le langage courant, on parle d’un espace pour déterminer un lieu plus ou moins bien limité (ce qui est grammaticalement correct). Le typographe parle lui d’une petite tige métallique qu’il intercale entre deux mots dans le compositeur typographique. Cette espace peut avoir plusieurs dimensions qu’on exprime en cadratin (le cadratin étant la taille de l’espace dans le corps de la fonte utilisée dans la phrase).

2 Etc. et cætera…

Etc. s’écrit avec un point (un point c’est tout), et non suivi de points de suspension. Et cætera est une locution latine qui signifie « et les autres choses ». À noter que c’est la seule qui ne s’écrit pas en italique ; dura lex, sed lex.

En matière de point terminal, l’abréviation du mot téléphone s’écrit ainsi Tél. et non Tél : (je sais c’est dur de le découvrir comme ça, à brûle pourpoint)

3 Respect du titre de civilité

Les titres de civilité s’écrivent ainsi : M., Mme, Mlle et MM. pour messieurs
Mr signifie Mister et non Monsieur  (sur mon chéquier, je suis d’ailleurs Mister Fabrice COURT, sans doute une influence de la City).
À noter (des abréviations d’utilités moins fréquentes) : Me pour Maître, Mgr pour Monseigneur

4 Il est capital d’accentuer les majuscules

Pour différencier le fait que JUSTIN BIEBER S’EST TUE et JUSTIN BIEBER S’EST TUÉ, il est nécessaire d’accentuer les majuscules (même si dans un cas comme dans l’autre, cela ne vous fait ni chaud ni froid). Les majuscules des lettres accentuées sont parfois difficiles à obtenir sur certains claviers PC. Il faut alors passer pas des raccourcis unicodes É (Alt+201), À (Alt+192), È (Alt+200).

5 Ème pas les nombres ordinaux

Je vois cette faute partout. En en commettant certaines moi-même je reste miséricordieux.
Les nombres ordinaux s’écrivent en effet 1er, 2e, 3e, 4e…ad libitum
pas de « ème », juste un e.

Écrire 2e est une petite faute typographique, car on devrait le libeller ainsi 2e, mais cela ne s’avère pas facile dans la vie dactylographique ou informatique de tous les jours. Pour info il faut le noter ainsi en css

2<sup>e</sup>

6 On cite en « français » Monsieur !

Les guillemets français («  ») qui sont des particularismes culturels typographiques (dixit Feu Yves Perrousseaux in Manuel de typographie Française élémentaire) doivent être utilisés pour les citations. Les « guillemets anglais » sont normalement juste bon à faire du CSS. Là aussi, ces guillemets ne sont pas accessibles spontanément sur un clavier.
→ Sous Mac OS, clavier français il faut utiliser Alt 7 et Alt-Maj 7
→ Sous PC, Alt+0171 et Alt+0187 donnent respectivement les guillemets gauche et droit

7 Y a-t-il un t euphonique pour sauver le hiatus ?

Celle là (comme toutes les autres je l’avoue), je ne l’ai pas trouvée tout seul. Y a-t-il s’écrit en effet avec une apostrophe devant le « il ». C’est une lettre ajoutée pour éviter la difficulté de prononcer y-a-il, et non un « t » qui serait une forme élidé du pronom tu ou le toi comme dans « va t’habiller ».

8 Appelez la police

On utilise pas n’importe quelle police pour taper n’importe quel texte. Dans le cas d’une composition en majuscules, certaines fontes sont à éviter, comme la très nase (parce que trop pillée), Brush script, ou certaines fontes gothiques, que même les copistes restés dans l’ignorance du livre de Perrousseaux, ne composaient pas ainsi.

typo illisibles

9 Ne vous justifiez pas sur le Web

Ma pénultième n’en est pas une, c’est plus un avis personnel. Je considère ainsi qu’il ne faudrait pas justifier les textes sur le web. Si vous êtes intrigué, vous pouvez lire mon avis sur la justification, détaillé dans cet article.

10 10 pléonasmes à éviter

C’est parfois compliqué tant ces expressions sont rentrées dans notre langage courant. Pour rappel, un pléonasme est un terme ou une expression renforcée ou précisée par l’ajout d’un ou plusieurs mots qui ne sont pas nécessaires, comme « monter en haut ».

crier fort, se dépêcher vite, sortir dehors, Une orthographe correcte, ajouter en plus, moi personnellement
→ Si vous arrivez à fire une phrase avec tout cela, ne manquez pas de la partager en commentaire

11 Pas tout à fait typographique, mais tellement lourd

On ne dit pas « Au jour d’aujourd’hui » ! (à copier 10 fois).
Le terme hui de aujourd’hui signifie déjà…« aujourd’hui » (du latin hodie, contraction de hoc die, en ce jour).
De sorte que cette tartine improbable de Au jour d’aujourd’hui signifie au jour du jour en ce jour. :shoot:

On ne dit pas « Ils envoyent » (prononcé ilzenvoille) mais ils « envoient ». Idem pour ils croivent ou ils voyent (dois-je rappeler la bonne orthographe ?)

On ne dit pas «malgré que  », non on ne dit pas. On le remplace par bien que

On n’écrit pas « acceuil » mais « accueil ».

On n’écrit pas « Autant pour moi » mais « Au temps pour moi », quoique selon l’Académie, les deux sont maintenant acceptés.

12 Last but not least

Une faute typographique à proprement parler est une coquille, mais connaissez-vous l’origine de cette expression ?
Je site pour cela Pierre Desproges dans Chroniques de la haine ordinaire (juin 1986)
« Le 19 avril 1911, dans un article du Journal officiel de la République concernant les nouvelles réglementations en vigueur dans le commerce des œufs de poule, il était stipulé que quel que soit leur calibre, les couilles devaient être propres et exemptes de duvet au moment d’être exposées à l’étalage. Vous aurez compris que la lettre « q » du mot « coquille » avait disparu au moment de l’impression du journal. »

La boite à outil

Retrouvez d’autres articles sur le thème de la TYPOGRAPHIE

Doit-on justifier sur  internet ?
Bonnes combinaisons typo
Évitez les fautes communes

 


Si vous avez identifié d’autres fautes typographiques qui mériteraient d’être présentes dans ce mini-récapitulatif, ne manquez pas de me les signaler en publiant votre commentaire. Merci d’avance !

13 réponses
  1. Fil Ze Loom
    Fil Ze Loom dit :

    Bonjour,
    Travaillant dans une grande structure, je suis horripilé par les tombereaux de majuscules à l’initiale de certains mots dans nos courriers internes ou notre com externe comme « 4e Vice-Président », « le Maire », «Monsieur le Directeur Général des Services », etc. À noter : je n’ai jamais lu « la Femme de ménage » (par contre, je pourrais lire « le chauffeur du Président »).
    Merci pour votre site.

    Répondre
    • Fabrice Court
      Fabrice Court dit :

      Merci de votre commentaire qui ne manque pas de finesse. Vous méritez vos majsucules Fil Ze Loom :)
      Minuscule et bas de casse pour les petites gens, Majuscule et haut de casse pour les Seigneurs.
      C’est absolument capital de pas confondre cette aristocratie de lettre/l’être :p
      Seule la Grande Faucheuse qui garde en tout temps sa hauteur de glyphe, viendra raboter le tout.

      Répondre
  2. Pape
    Pape dit :

    Malgré que ne se dit pas..Wao ! J’ai appris ça au cours secondaire, puis….Partout où je passe j’entends les gens dire ça, et je lis ça un peu partout. Je suis content de retrouver ça ici.

    Répondre
  3. Landelle
    Landelle dit :

    Merci pour ce panorama « de base » que j’ai signalé à mes élèves pour une relecture efficace de leurs rapports.
    En revanche, je désapprouve votre point 7 : le « t » euphonique est encadré de traits d’union. C’est le pronom personnel objet qui peut être élidé en t’.

    Répondre
    • Fabrice Court
      Fabrice Court dit :

      Bonjour Martine
      Merci de l’intérêt que vous avez porté à mon article. Cette histoire de « t » est effectivement un peu mystérieuse.
      La phrase soigne-t-elle ? (forme interrogative), se transforme en elle soigne (forme déclarative) : Le « t » n’est plus, ce qui tend à prouver qu’il est bel et bien euphonique. On dira d’ailleurs « Te soigne-t-elle » ; si le « t » est pronom, il serait alors placé deux fois dans la phrase, un peu comme dans le québécisme « t’as-tu compris ? » ou « une matante » ou un « mononcle » (que l’on prononce mononq’).

      Répondre
  4. acplume
    acplume dit :

    – Pour le point 2, j’ajoute qu’il n’y a absolument aucune raison « historique » de mettre une capitale à « monsieur », « madame », « mademoiselle », s’il n’est pas en début de phrase. À ce sujet, le 4 septembre sur le site du Figaro, Christian Combaz reproche au service de presse de l’Élysée d’avoir omis la majuscule à « messieurs » sur ce début de communiqué : « Mesdames, messieurs, j’ai reçu… ». En l’occurrence ce n’est pas une erreur, c’est au contraire de mettre systématiquement une capitale à ces genres (comme s’il s’agissait de Monseigneur !) qui est devenu un USAGE (et non pas une nouvelle règle.) Dans le même ordre d’idée, en début d’une lettre, après le premier mot « d’interpellation », exemple « Monsieur », on met très souvent une virgule (« Monsieur, ») puis on va à la ligne pour commencer le courrier… avec une capitale. Or non : on ne met pas de capitale après une virgule, même si on saute trois lignes. Là encore c’est la règle, là encore c’est un usage nouveau qui pose cette anomalie en soi-disant exactitude.
    – Sur le point 4, je vous donne mon exemple préféré : JUGE ET INTERNE, et vous laisse mettre les accents où vous voulez… J’aime bien aussi LA FILLE A 100€. Et puis pour ce qui est des raccourcis pour les accents sur un PC, le plus simple en fait c’est… d’avoir un Mac !
    – Merci beaucoup pour le point 7. Révélation ! je tombe des nues.
    Je « m’amuse » à faire défiler des bourdes sur mon site web, sans pointer du doigt les fautifs, qui parfois sont en fait victimes d’imbéciles (tels ces profs de primaire qui enseignent qu’il ne faut pas d’accent sur les capitales !!).
    Ouala-ouala, j’ai fini. Comme disait Jack London « j’ai pas eu le temps de faire court ». J’adore et m’enrichis de ces discussions.

    Répondre
  5. Johann
    Johann dit :

    @wilfried18 : il fallait écrire « Je (ne) sais pas si je vais me le rappeler ». Ou alors « si je vais m’en souvenir ».
    En ce qui concerne le point 10, il me semble que les deux formulations sont admises : « autant » et « au temps ».

    Répondre
    • Fabrice Court
      Fabrice Court dit :

      Autant [pour moi] signifierait « aussi bien [pour moi] » ; Dans l’expression au temps pour moi qui est prononcé lorsque l’on s’est trompé et que l’on reconnait une erreur, cela ne voudrait trop rien dire.
      Au temps viendrait du fait que l’on se met au temps, que l’on rentre dans le rang, que l’on se met au pas ; avec cette graphie là, cela prend une plus signifiante signification :)

      Répondre
  6. Hubert
    Hubert dit :

    Je connaissais certaines règles, et d’autres m’étaient totalement inconnue. Cela doit venir de mon grand âge, j’ai du les oublier, avec le temps :)
    Merci pour cet excellent article.

    Répondre

Ajouter un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *